Les ateliers « Arbre de vie » reviennent à Saintes !

Les ateliers « Arbre de vie » reviennent à Saintes !

À la croisée de votre vie professionnelle et de votre vie privée, cet atelier permet de faire du lien entre votre parcours et vos projets, leur donner un sens et une destination à partir d’un ancrage auquel vous pourrez vous reconnecter.

🍃 Reconversion,
🌱 Orientation,
🌳 Point sur votre situation,
🌱 Projet professionnel à construire,
🌿 Équilibre Vie privée / vie professionnelle,
🍃 Préparer son départ à la retraite.

🌳 3 dates à venir :

2019
– 28 octobre (inscription avant le 21/10)

2020
– 24 février (inscription avant le 17/02)
– 27 avril (inscription avant le 20/04)

Nombre de places limité à 6.

Tarif : 65€ par participant(e)

Lieu :
Cité entrepreneuriale – Coworking Saintes- 17
18 bd Guillet Maillet
17100 SAINTES

Renseignements au 0614237237

One Comment

  1. encore aujourd’hui les chemins creux des prairies de Macon, entre le joli village de Saint-Clement et la Saone, entendirent longtemps notre entretien, qui se prolongeait avec une surprise et un charme mutuels. Nous nous separames ce soir-la, et, sans nous etre donne de rendez-vous, nous nous y retrouvames le lendemain, et souvent ensuite aux memes heures. N’ayant aucune occasion de nous rencontrer dans les salons, nous primes pour salon cette riante nature. Nous descendions et nous remontions nonchalamment le cours de la Saone, aussi paresseux que nos pas, aussi reveur que nos imaginations, aussi murmurant que nos levres. En quelques jours nous etions lies, en quelques annees nous fumes amis. Les annees et les annees coulerent ensuite sur notre amitie comme l’eau de la pluie sur les vieux murs, en consolidant leur ciment, en les revetant de mousses et de lierres qui parent leur vetuste. Souvent absent de ce pays de ma naissance, meme apres que la mort y avait desseche toutes mes racines de famille, je savais que quelqu’un attendait mon retour, suivait de l’?il mes vicissitudes, combattait du c?ur les envies, les haines, les calomnies, qui rampent sur le sol de notre berceau, helas ! comme autour de la pierre de nos tombes, et prenait pour lui en joie tout ce qu’il y avait d’heureux dans ma vie, en douleur tout ce qu’il y avait de triste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *