De toutes façons, je n’y peux rien !

Bienvenue à vous sentiments d’impuissance, d’injustice…
Bienvenue à vous frustration, colère, déception…
J’ai une histoire à vous raconter, venez, suivez-moi !!!

 

 

« Un jour, dit la légende, un incendie commence à ravager la jungle. Affolés, hommes et bêtes fuient en tous sens. Seul un petit colibri, sans relâche, fait l’aller et retour de la rivière au brasier, une minuscule goutte d’eau dans son bec, pour la déposer sur le feu. Un toucan à l’énorme bec l’interpelle : « Tu es fou colibri, tu vois bien que cela ne sert à rien. » « Oui je sais, répond le colibri, mais je fais ma part. »

 

Dans la première partie de cette légende, on devine la puissance du « faire sa part », indispensable et essentiel pour ce colibri. A première vue, il n’a aucune emprise possible sur cet incendie qui est en train de ravager sa forêt.

Il aurait pu se résigner en fuyant ou bien en restant sur place, et y laisser sa vie.

Mais non, animé par ce que son action rend possible, aussi petite soit-elle pour qui regarderait avec moquerie ou dédain, il nous montre que chaque être qui prend sa part de responsabilité répond à un double besoin :

– Un besoin individuel : le colibri cherche à sauver son habitat

– Un besoin collectif : le colibri en voulant sauver son habitat participe à la sauvegarde de l’habitat de tous les autres

La suite de la légende dit :

« Interloqué, le toucan commença à faire de même, bientôt imité par dix, cent toucans. Les éléphants s’y mirent… Voyant le manège des animaux, les villageois s’y mirent également… Au bout du compte, il y eut bien quelques plumes roussies et quelques pieds brûlés, mais cette nuit-là, un petit colibri a sauvé la forêt. »

Le colibri, en s’occupant de son besoin à lui, a permis à chacun de s’occuper de son propre besoin en se connectant à la croyance que la forêt pouvait être sauvée. Chacun a commencé à porter un espoir et avoir foi en lui-même, mais il fallait aussi avoir foi en l’action des autres pour essayer et continuer jusqu’à ce que la forêt soit sauvée.

Il y a des actions individuelles qui ont une force multiplicatrice. Ces actions sont des leviers de changement et d’évolution pour soi et pour le monde dans lequel nous vivons. Ce monde comporte à la fois notre entourage proche mais aussi le tout auquel chacun de nous appartient.

Ces actions donnent du sens à notre existence :

– qu’est ce que je fais de ma vie, de ce qui m’arrive ? Comment je le transforme ? Comment je l’utilise ?

– à quoi ma façon d’être, mes actions, mes choix, participent ?

 

Lorsque nous traversons une période compliquée, faite d’insatisfaction ou de frustration, plusieurs sentiments et émotions viennent nous squatter : la culpabilité, la dévalorisation, la colère, la tristesse…

Empêtrés dans ces ressentis, il est souvent difficile d’envisager notre situation différemment, de prendre du recul, de la hauteur, pour réussir à tirer de cette situation inconfortable, à la fois des enseignements, et en même temps voir ce qu’elle nous apprend de nous.

Plutôt que d’envisager cette situation sous l’angle négatif, nous pouvons la voir comme une chance d’aller vers une meilleure version de nous-mêmes.

 

A titre personnel, j’ai pu faire cette expérience de transformation d’une situation engendrant douleur, colère, frustration, en une situation porteuse d’espérances et de renouveau.

Auparavant bloquée par un mur sombre érigé devant moi, peu à peu, j’ai pu m’ouvrir à des lectures différentes de cette situation et au fur et à mesure, choisir une lecture qui me racontait une histoire dont j’avais envie. En ouvrant le livre de cette histoire, j’étais loin d’imaginer qu’elle m’emballerait et qu’elle m’emmènerait là où je suis à présent.

 

Le coaching m’a aidée dans ce processus de transformation. Il n’y a rien de magique, il s’agit plutôt d’un puzzle à assembler.

J’aurai pu choisir de rester bloquée toujours avec la même pièce entre les mains, m’obstiner, persévérer sur les nombreux conseils de mon entourage bienveillant et se voulant encourageant.

Et puis un jour, une personne a pris le contre pied et m’a proposé quelque chose de radicalement différent « et si vous changiez de pièce ? ».

J’ai laissé cette pièce qui me pesait et nourrissait colère, tristesse et frustration. J’en ai pris une autre qui a rapidement trouvé sa place et après elle encore une autre, et ainsi de suite…

 

Nous sommes souvent bloqués, enlisés, embourbés dans des situations qui ne nous conviennent pas. En faire le constat est une première étape, mais elle ne peut suffire.

 

Le coaching offre  l’opportunité de regarder sa situation avec un regard différent.

Il vient parfois bousculer nos habitudes, nous sortant des sentiers battus, nous proposant l’inattendu.

Êtes-vous  prêt(e) à oser ? Êtes-vous prêt(e) pour cette transformation que vous souhaitez opérer ? Êtes-vous prêt(e)  à découvrir votre potentiel et de nouveaux possibles ?

 

Sachez que de mon côté, je suis prête à vous y aider, à vous accompagner dans cette voie là…

 

OSEZ  le changement !

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *